Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous contacter

04.42.04.39.00

Recherche

Permanences au local syndical

14/10/2016

14/11/2016

13/12/2016

19/01/2017

10/02/2017

20/03/2017

4/04/2017

18/05/2017

23/06/2017

07/07/2017

18/09/2017

 

Important

Pour être informé dès la parution d'un nouvel article, inscrivez votre email ci -dessous

4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 15:35

Les salarié(e)s ne veulent pas de cette réforme !

 

Le gouvernement misait sur un essoufflement de l’opposition à son projet de réforme : c’est le contraire qui se produit. Malgré les tentatives de minimiser l’ampleur des manifestations du 23 septembre, la réalité s’impose : les salariés sont hostiles au projet gouvernemental et ils l’ont encore exprimé le 2 octobre.

Les français ont bien compris que cette réforme, si elle était mise en œuvre, non seulement aggraverait leur situation, mais ne règlerait pas l’avenir de nos retraites.

Le Président, comme son Ministre du Travail, n’ont pas voulu en discuter avec les syndicats qui proposent, notamment, de dégager de nouvelles ressources autres que sur les revenus des salariés, déjà lourdement pénalisés par la crise, le chômage et la précarité.

 

Une autre réforme est nécessaire

 

- Défendre le système par répartition basé sur la solidarité intergénérationnelle en priorisant le développement de l’emploi, une augmentation des salaires et une mise à contribution des revenus financiers des entreprises ;
- Imposer la reconnaissance de la pénibilité du travail avec l’ouverture des droits au départ anticipé avant 60 ans, dans un cadre collectif sans être subordonné à un quelconque taux d’incapacité.
- Obtenir la garantie du droit à la retraite à 60 ans à taux plein avec au moins 75 % du salaire sur les dix meilleures années dans le privé et les six derniers mois dans le public, et en aucun cas inférieur au Smic ;
- Pas d’allongement de la durée de cotisations ;
- Prendre en compte, dans le calcul de la pension les périodes d’études et d’inactivité forcée ;
- Le maintien des droits familiaux.

 

Alors que le Sénat va du 5 au 20 octobre se prononcer sur ce recul social, l’UD CGT appelle l’ensemble de ses syndicats à mettre en débat de partout, dès à présent, avec les salariés la question de la reconduction de l’action dans tous les secteurs à partir des revendications en lien avec la retraite : salaires, emplois, conditions de travail. Déjà de plus en plus de professions s’engagent dans la reconduction.

 

Le 12 octobre, à l’appel de l’ensemble des Organisations Syndicales, soyons massivement en grève et dans la rue pour faire reculer le gouvernement et le Medef. Et dès le 13, si le gouvernement s’obstine à passer en force, il nous obligera à reconduire la grève pour le contraindre à reculer.

Salariés du privé, du public, jeunes, retraités, privés d’emploi tous unis, tous ensemble, par millions, refusons que l’on nous vole 2 ans de nos vie !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by syndicat CGT Auriol
commenter cet article

commentaires

17 et 19 Mai 2016

Retrait de la Loi "Travail"

GREVE ET MANIFESTATIONS

10H30 MARSEILLE

Catégories